Taux immobilier : fixe, variable et fixation du taux

achat d’immeubles

Un crédit immobilier concerne toutes opérations d’achat d’immeubles à usage d’habitation ou terrain destiné à la construction. Le choix des prêts peut être à taux variable, fixe ou taux capé. De nombreux éléments déterminent la fixation du taux d’intérêt.

Différences entre taux fixe ou variable

Connaître le taux d’intérêt d’un crédit immobilier est déterminant pour un emprunteur, car cette information l’aide dans sa décision et sa capacité à investir dans la pierre. La plupart du temps, ce taux est fixe ou proposé à taux variable. Une offre d’un établissement bancaire proposant un crédit à taux fixe signifie que le taux ne variera pas tout au long de la durée du remboursement. L’emprunteur pourra toutefois entreprendre une renégociation du prêt.

À la différence du prêt fixe, le prêt à taux variable peut évoluer durant la période du remboursement. Selon la durée et le montant de l’échéance du contrat, l’emprunteur constatera que le taux de son crédit peut augmenter ou diminuer. En ce qui concerne le taux capé, il s’agit d’un taux variable plafonné pouvant diminuer sans limites, mais qui est limité à la hausse.

Fixation du taux d’intérêt d’un prêt immobilier

L’établissement bancaire prend en compte plusieurs éléments pour déterminer la fixation du taux d’intérêt proposé à ses clients investisseurs. Parmi les éléments influençant le taux d’intérêt, citons les frais de fabrication de l’emprunt, le risque que l’emprunteur représente, le montant de l’emprunt ainsi que la marge bénéficiaire des banques.

Des banques empruntent les fonds sur les marchés financiers avant de prêter de l’argent à leur clientèle. Le coût des ressources se réfère généralement à l’OAT 10 ans lorsqu’il s’agit d’un crédit à taux fixe. Les Obligations Assimilables du Trésor sont des emprunts d’État servant à financer les besoins du pays valable pour une durée de 7 à 30 ans. Pour les taux variables, les banques se réfèrent aux ressources à court terme tel que l’Euribor 3 mois ou 1 an.

Convertir un taux révisable en taux fixe

Quand un taux d’intérêt révisable actuel est d’environ 3,50 %, il est préférable de le convertir en taux fixe. Ainsi, l’emprunteur bénéficie d’un taux sécurisé et pourra profiter d’une meilleure lisibilité de son budget.

Convertir un prêt à taux révisable en taux fixe ou inversement comporte des frais. Ce coût doit être pris en compte dans le calcul de la rentabilité de l’opération. Les frais de conversion sont de nouveaux frais de dossier, une nouvelle garantie, les pénalités de remboursement anticipé…