Pourquoi passer par un courtier en prêt immobilier ?

courtier en prêt immobilier

Vous avez des vues sur un bien immobilier en particulier ? Il ne faut pas vous décourager si votre apport personnel est insuffisant.

En effet, la banque peut financer jusqu’à 90 % de votre projet. Néanmoins, pour bénéficier d’une condition plus avantageuse, il est fortement recommandé de faire appel à un courtier immobilier.

Pour quelles raisons faire appel à un courtier immobilier ?

Le courtier en crédit est l’expert qu’il vous faut si vous êtes en quête d’un moyen de financement pour l’achat d’un bien immobilier. Intermédiaire entre vous et la banque, il peut vous accompagner dans chaque étape du projet afin d’accélérer le processus et d’augmenter vos chances d’obtenir un prêt dans les meilleures conditions.

Un courtier dispose d’un large réseau et compare pour vous les offres proposées par différents établissements financiers. Vous n’aurez donc plus besoin de passer des coups de téléphone ou de vous rendre à la banque pour connaître le taux appliqué par chaque établissement.

Le recours à ses services permet alors de gagner un temps précieux et d’économiser de l’énergie. Pour en trouver, faites un tour sur kg-credit.fr.

Aussi, il apporte un gros chiffre d’affaires pour ses partenaires, car ces derniers lui font confiance. Par conséquent, il aura plus de facilité à négocier. En bref, il peut bénéficier d’une offre plus avantageuse : frais de dossier réduit, frais de remboursement anticipé sans frais, assurance emprunteur à taux réduit et taux d’intérêt faible. Ce qui vous permettra de réduire considérablement le coût total du crédit.

Enfin, s’il découvre des failles dans votre dossier, il n’hésitera pas à le peaufiner avant de le présenter aux banques afin de mettre toutes les chances de votre côté.

Comment trouver un courtier fiable ?

En passant par un courtier en prêt immobilier compétent, vous pouvez profiter de tous les avantages énumérés ci-dessus. Toutefois, trouver la perle rare n’est pas du tout aisé.

Il existe en effet plusieurs paramètres à revoir pour distinguer les prestataires sérieux des charlatans. D’abord, un courtier doit être immatriculé à l’ORIAS. C’est une preuve irréfutable qu’il répond aux critères exigés pour l’exercice de la profession.

Pour acquérir la confiance des banques, il faudrait également un certain temps d’adaptation. Voilà pourquoi il vaut mieux recourir à un professionnel disposant de plus de 5 années d’expérience dans ce domaine et ayant un réseau bien étoffé. Il faut aussi vous renseigner sur son e-réputation. La recommandation des anciens clients, les témoignages des internautes et les notes attribuées sont des indices infaillibles qui vous permettront de reconnaître un bon courtier.

Par ailleurs, votre interlocuteur doit être disponible et à l’écoute. Un professionnel transparent doit en effet être en mesure de fournir le maximum d’informations aux clients et de répondre à leurs questions sur les différents prêts.

La proximité est également un facteur à ne pas négliger. Si vous choisissez une entreprise locale, vous pourrez optimiser les trajets et les frais de déplacement.

Doit-on signer un mandat avec un courtier immobilier ?

Le courtier crédit sera votre interlocuteur privilégié jusqu’au déblocage des fonds. Néanmoins, il ne peut se charger de toutes les démarches à votre place sans votre accord.

En fait, avant de négocier votre prêt immobilier, vous devez signer un mandat lui donnant l’autorisation de vous représenter auprès des différents établissements financiers. En le signant, il devient votre mandataire et s’engage à trouver une offre adaptée à vos attentes dans les meilleurs délais.

Ce document est une formalité obligatoire qui est en même temps un gage d’assurance pour le mandant, car il détaille les conditions de la prestation du courtier : mission du courtier, rémunération, liste des établissements financiers…

On tient à noter que grâce à la digitalisation, la signature du mandat peut se faire électroniquement, notamment si l’accompagnement est 100 % en ligne.

Prêt immobilier – Taux fixe ou taux variable ?
Prêt immobilier et compromis de vente : attention à la clause suspensive